Musique

Les grandes traditions de la chanson française détaillées

La musique française a une histoire. Elle est partie de la chanson traditionnelle pour aboutir à sa forme actuelle, mais également à la musique savante. Dans la conception actuelle, la musique est un art populaire qui prend en compte ses acteurs que sont la société des auteurs, des compositeurs et des éditeurs. Au moment de l’alphabétisation de la population au XIXe siècle, la musique française a connu une grande métamorphose. Elle est passée de l’oral à l’écrit, mais la tradition de l’oral reste et demeure sa principale manière d’expression.

Ainsi, depuis le moyen-âge jusqu’à récemment, la musique française a connu de nombreuses transformations toutes liées à ses grandes traditions.

Les grandes traditions fondatrices

Elles sont au nombre de trois et sont la base même des courants de transformation de la musique au cours du temps comme l’explique cet article.

La tradition narrative

Cette tradition qui remonte à l’époque du moyen-âge comprend la chanson à danser et la complainte. Elle adopte une forme musicale simple, répétitive, d’origine préclassique. Le rythme également est un rythme libre. À cette époque, il n’y avait pas d’accompagnement harmonique. À la place, la chanson est plutôt émise sur des bourdons de vielles ou avec un violon. Quelque temps après, toujours dans la même période apparaissent la guitare, les orgues portatifs et l’accordéon.

La tradition satirique

Elle est caractérisée par un commentaire ironique, grotesque ou caricatural de l’actualité. Elle trouve son origine sur les places publiques, les cours féodales, les parvis d’églises et attaque les pouvoirs religieux, politiques et familiaux. Le moyen utilisé est le blasphème, la contestation, l’érotisme faisant référence à la tradition du fou du roi et qui a l’excuse de dire des choses interdites parce que fou. Au moyen-âge, les utilisateurs de cette tradition musicale sont les troubadours. Vers la fin du XIXe siècle, les chansonniers prennent le relais. Aujourd’hui encore, cette tradition est perpétuée par le biais des imitateurs et des humoristes.

La tradition lyrique

C’est la plus savante de toutes les traditions, car elle cultive la musique vocale. Le lyrisme est l’expression poétique exaltée qui constitue un appel au chant. La forme effective de cette tradition se traduit par la mise en valeur de la voix, une voix travaillée. Les termes utilisés sont très conventionnels et tournent essentiellement autour de l’amour perdu ou inaccessible ou encore d’une nature idéalisée (jardins, lieux propices d’amour, bosquets). Les créateurs de la tradition lyrique sont issus des milieux de la haute sphère de la société. C’est en quelque sorte l’art du loisir tel que pratiqué par la classe privilégiée.

Les traditions à la fin du XIXe siècle

Les mutations sociales de l’époque ont également affecté le secteur de la musique. Ainsi, de nouvelles traditions ont pris corps.

La tradition comique

Il s’agit d’une composition musicale à la manière des musiques de foire, de cire ou de sonneries militaires. La forme vocale est comique, faisant passer le chanteur pour un amateur. La tradition comique a aussi une fonction sociale. Il s’agit du symbole suprême du divertissement intégrant l’inculte, mais également le fou de la société.

La tradition réaliste et mélodramatique

Elle est l’expression de la pauvreté embarrassante dans les faubourgs liés à l’industrialisation, mais également à l’extension des villes au XIXe siècle. Musicalement parlant, cette tradition est caractérisée par l’orgue de Barbarie. Au lendemain de la guerre de 14, l’accordéon enrichit harmoniquement cette tradition et la fait définitivement entrer en danse.

L’ouverture aux musiques du monde et la nouvelle tradition Latino, Rock, Jazz, Métisse

La tradition nouvelle qui est une véritable révolution artistique est née de l’éclosion d’une forme d’écriture originale sur des musiques inspirées au premier plan par le jazz américain. En d’autres termes, c’est l’art de marier la langue française à des rythmes qui ne lui sont pas propres et pour lesquelles elle n’est pas habituée.

Quant à la forme littéraire, elle puise sa force dans la tradition romantique avec un langage nouveau, dépoussiérer de toute lourdeur et de l’emphase habituelle. L’écriture qui en sort est souvent surréaliste, fraîche, directe, légère avec des mots simples et modernes.

Cette nouvelle forme musicale s’appuie sur de nouveaux rythmes issus de courants américains (Charleston, blues, fox-trot, swing, slow, slow fox…) et aussi les mélodies vives qui furent très à la mode durant la période de l’entre-deux-guerres.

Une musique hybride

La chanson française ne peut donc plus se ranger dans la catégorie des musiques facilement identifiables sur la base des grandes traditions personnalisées. Bien qu’elles soient toujours présentes, elles se nourrissent les unes des autres et peuvent se mélanger au sein d’une seule et même chanson ou d’une œuvre d’auteur-compositeur. D’autres musiques ouvrent également des perspectives de métissage aussi bien sur le plan poétique, musical et scénique.

De nos jours, on observe trois tendances :

  • la chanson industrielle liée au star-système, au show-business et à la médiatisation télévisuelle ;
  • la nouvelle scène française encouragée par des producteurs et des diffuseurs ;
  • les artistes qui s’auto-produisent et qui perpétuent l’esprit des grandes traditions et/ou poésie.

Profiter des grandes traditions musicales par l’équipement adéquat

Écouter de la musique comme cela se doit et profiter de l’écoute de chaque tradition primaire ou évolutive ne peut se faire sans l’utilisation d’équipement adéquat et de qualité. Les uns font référence à des équipements de sortie audio de dernière génération, les autres concernent l’enregistrement qualitatif de la musique lors de sa conception en studio.

Outre les équipements de studio, ceux de sortie audio spécifiquement les casques audio doivent remplir certaines conditions pour aider à une excellente écoute musicale. Il s’agit de :

  • L’isolation du bruit extérieur : un casque audio doit avant tout isoler les bruits parasites et ambiants, car ils sont gênants à l’écoute s’ils sont trop présents ;
  • Le confort : le casque audio doit prendre soin de la qualité de fabrication et du système de serrage ainsi que la forme des coussinets. Ces derniers doivent correspondre à la morphologie des pavillons auditifs ;
  • La qualité sonore et d’écoute : l’écouteur doit transmettre un son clair et limpide. Quel que soit le type de musique joué, le casque doit être précis et juste en ce qui concerne la fréquence des sonorités. Pour cela, nous vous conseillons le casque Sennheiser ou un casque Bose. Ces derniers font partis des meilleurs casques audio, car dynamique et fidèle dans le rendu sonore de chaque type de tradition musicale.
Montre plus

Antoine

Prof de musique au collège, j'essaye d'apporter une touche d'originalité et d'énérgie à mes cours afin que mes élèves ne s'ennuient pas trop !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close