Origine : ?
Année de l'arrangement : 2000


 

A la claire fontaine


En revenant des noces,
J'étais bien fatiguée,
Au bord d'une fontaine
Je me suis reposée,

Ah ! je l'attends, je l'attends, je l'attends,
Celui que j'aime, que mon cœur aime,
Ah ! je l'attends, je l'attends, je l'attends,
Celui que mon cœur aime tant.

 

2.
Au bord d'une fontaine
Je me suis reposée,
Et l'eau était si claire
Que je m'y suis baignée…

 

3.
Et l'eau était si claire
Que je m'y suis baignée,
A la feuille du chêne
Je me suis essuyée…

 

4.
A la feuille du chêne
Je me suis essuyée.
Sur la plus haute branche
Le rossignol chantait…

 

5.
Sur la plus haute branche
Le rossignol chantait :
Chante, rossignol, chante,
Toi qui a le cœur gai!…

 

6.
Chante, rossignol, chante,
Toi qui a le cœur gai!
Le mien n'est pas de même,
Il est bien affligé…

 

7.
Le mien n'est pas de même,
Il est bien affligé :
C'est de mon ami Pierre
Qui ne veut plus m'aimer…

 

8.
C'est de mon ami Pierre
Qui ne veut plus m'aimer,
Pour un bouton de rose
Que je lui refusai…

 

9.
Pour un bouton de rose
Que je lui refusai.
Je voudrais que la rose
Fût encore au rosier…

 

10.
Je voudrais que la rose
Fût encore au rosier,
Et que mon ami Pierre
Fût encore à m'aimer.


Source : Henri Davenson, "Le livre des chansons…" page 351

Ronde célèbre, très répandue, jusqu'au Canada (où elle a servi, notamment parmi les Patriotes de la révolte de 1837, de chant national).
Attestée dès 1704 (Ballard, Brunettes), elle a connu un regain de popularité vers 1850.
(H. Davenson)

 

Voir 17 autres versions de cette chanson : (regroupement)