Origine : Alsace
Cantiques de Strasbourg (1697)
Année de l'arrangement : 2002


 

Weihnachtslied (3)

(Noël)


O Jesulein zart,
Das Kripplein ist hart,
O Jesulein zart,
Wie liegst du so hart,
Acht ! schlaf und thu' dein
Äugelein zu…
etc.


traduction

O tendre petit Jésus,
La crèche est dure,
O tendre petit Jésus,
Comme tu es couché durement;
Ah ! sommeille
Et ferme tes yeux,
Dors et donne-nous le repos éternel;
O tendre petit Jésus,
Comme tu es couché durement,
O tendre petit Jésus,
D'essence divine.

 

2.
Dors, petit Jésus,
Que rien ne te trouble
Le bœuf, l'âne et les moutons
Sont tous endormis;
Dors enfant,
Et ferme tes petits yeux,
Dors et donne-nous le repos éternel;
Le bœuf, l'âne et les moutons
Sont tous endormis;
Que rien ne trouble ton sommeil,
Dors, petit Jésus.

 

3.
Les séraphins chantent
Et les chérubins jouent des instruments,
Beaucoup d'anges sont dans l'étable;
Ils chantent tous pour toi.
Dors enfant,
Et ferme tes petits yeux,
Dors, et donne-nous le repos éternel;
Pour toi chantent les séraphins,
Pour toi jouent les chérubins,
Beaucoup d'anges sont dans l'étable;
Ils chantent tous pour toi.

 

4.
Regarde, petit Jésus,
Regarde, Joseph est là,
Moi aussi je reste ici,
Tu peux dormir tranquille.
Dors enfantelet,
Et ferme tes petits yeux,
Dors, et donne-nous le repos éternel;
Vois, petit Jésus,
Vois, Joseph est là,
Moi aussi je reste ici,
Tu peux dormir tranquille.

 

5.
Petit âne, tais-toi,
L'enfant veux dormir,
Petit bœuf, retiens tes mugissements,
L'enfant veux dormir,
Dors enfant,
Et ferme tes petits yeux,
Dors, et donne-nous le repos éternel;
Petit âne, tais-toi,
Petit bœuf, retiens tes mugissements,
L'enfant veux dormir.

 

6.
Zéphyrs, taisez-vous,
Laissez dormir l'enfant,
Que tout bruit s'éloigne,
Afin qu'il repose tranquille :
Dors, enfant, dors,
Ferme tes yeux,
Dors, et donne-nous le repos éternel;
Ouragans, arrêtez-vous,
Apaisez vos mugissements;
Vents calmez-vous,
Laissez dormir l'enfant.

 

7.
Rien ne bouge plus,
Pas une souris ne s'entend;
Il commence à dormir,
L'enfant charmant :
Dors donc,
Et ferme tes petits yeux,
Dors, et donne-nous le repos éternel;
On n'entend plus aucun chant,
Aucune voix ne résonne plus :
Dors, tendre petit Jésus,
D'essence divine.


Source : J. B. Weckerlin - Chansons populaires de l'Alsace, t. 1 page 86

"On trouve ce noël déjà dans des publications antérieures;
ex : Corner (1625)"