Origine : Franche-Comté
Année de l'arrangement : 2003


 

Chers compagnons, voici le temps*


  Chers compagnons, voici le temps
Qu'il nous faut battre aux champs.
bis

Sans sou ni maille.
Sans denier sans argent,
Sans être au rôle
Des compagnons partants.

 

2.
Tous les compagnons se sont dit :
Il faut partir, amis
Trouver un sage
Qui leur dit : — Mes amis
Pour de l'ouvrage
Il est mort aujourd'hui.

 

3.
Si l'ouvrage est mort aujourd'hui
Enterrons nos outils
Pour jusqu'à Pâques
Environ la saint Jean
Où les ouvrages
Iront mieux qu'à présent.

 

4.
Ma fausse équerre et mon cordeau
Ne disent pas le mot,
Mon plomb, ma jauge,
Ma rainette et mon blanc,
Ma pierre noire
Ne marquent pas souvent.

 

5.
Mon chapeau est déjà tout roux
Et tout rempli de trous,
Mes bas, mes guêtres
Qui ne valent plus rien,
Et mes soulières
Qui sont au dernier point.

 

6.
Ma culotte est toute rompue
Tout alentour du cul.
La pluie, la grêle
Poignardent mes habits
Et ma chemise
Est à moitié pourrie.


Source : Jean Garneret - Chansons populaires comtoises, t. 1 page 185

Origine : Grospierre

*Il s'agit bien sûr, des compagnons maçons.

Ils connaissent le mauvais moment de la morte saison et sont réduits au départ et à la misère;
« Pour jusqu'à Pâques, environ la saint Jean »