Origine : Lorraine (Sanry s/Nied)
Année de l'arrangement : 2004


 

Ce sont les filles d'à présent


  Ce sont les filles d'à présent,
Se marient tout's à dix-huit ans.
bis

Ell's n'ont pas le courage, eh bien ?
De' fair' leur p'tit ménage.
Eh, vous m'entendez bien !

 

2.
Ell's ne sont pas plutôt mariées
Qu'elles font la grasse matinée;
S'en vont chez la commère, eh bien ?
Fair' chauffer la cafetière.
Eh, vous m'entendez bien !

 

3.
Café lundi, café mardi,
Café mercredi et jeudi,
Et le restant d'la s'maine, eh bien ?
Ell's se trouv'nt dans la peine.
Eh, vous m'entendez bien !

 

4.
Le dimanche étant arrivé,
Quand il fallut se rechanger,
On se voit obligé, eh bien ?
D'aller au Mont d'piété.
Eh, vous m'entendez bien !

 

5.
Si les maris avaient raison,
Ils f'raient rouler Martin-bâton,
F'raient sauter la caf'tière, eh bien ?
Et la commère en l'air.
Eh, vous m'entendez bien !

 

6.
Celui qu'a fait cette chanson
C'est un garçon de mon canton.
En chauffant la caf'tière, eh bien ?
Il a trouvé l'mystère.
Eh, vous m'entendez bien !


Source : Raphaël de Westphalen - Chansons populaires de Lorraine, t. 2 page 356